Tapis d'Orient villageois :

Loori, nahavand, malayer, bidjar, hériz ...

Reflet d'un artisanat local, c'est à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que beaucoup de dessins et de motifs de tapis furent élaborés en s'inspirant le plus souvent de réalisations antérieures.

Ces créations témoignent d'un savoir faire ancestral transmis de génération en génération.

Loori ou Lur 

 

Tapis iraniens laine, de 1940 à 1970.

 

Situé à l’ouest et plus au sud dans le Fars, le peuple lur se compose d’une population semi-nomade. Les formats des tapis les plus courants vont du dozar (environ 2 m²) au kellé (1,50 x 3,50m environ). Les dessins géométriques peuvent rappeler les caucases. Ce sont des tapis chaleureux s'intégrant aussi bien dans des intérieurs contemporains que traditionnels. Tendance à se raréfier.

Nahavand  2,39 x 1,54 m
Nahavand 2,39 x 1,54 m

Nahavand : Dim. 2,39 x 1,54 m

 

Tapis iranien laine, vers 1980. Belle réalisation. État excellent.

 

Tapis villageois de la région de Hamadan (ouest de l’Iran), comprenant environ 1200 villages. Le motif est une interprétation de tapis à médaillon avec des rosaces arrondies et dans le champ des bouquets de fleurs (göl) reliés entre eux. Les nahavand sont réputés pour leur qualité de laine et leurs couleurs fraîches et agréables.  La qualité des nahavand est comparable à celle des malayer.

Malayer

 

Tapis iranien de la région d'Arak, laine.

 

Hosseinabad  3,00 x 2,07 m
Hosseinabad 3,00 x 2,07 m

Hosseinabad : 3,00 x 2,07 m

 

Tapis iranien laine, récent

 

La petite ville d'Hosseinabad se situe au sud-ouest de Malayer. L'appellation "hosseinabad" regroupe un district d'une quinzaine de villages. Un hosseinabad traditionnel se compose dans son champ du motif hérati. Ce sont des tapis chaleureux qui s'intègrent très bien dans nos intérieurs.

Djosan  2,15 x 1,30 m
Djosan 2,15 x 1,30 m

Djosan : 2,15 x 1,30 m

 

Tapis iranien laine, vers 1950. Etat excellent.

 

La production regroupe une variété de décors floraux ou géométriques. Il existe deux réalisations. La première: villageoise, se compose d'un motif traditionnel appelé "samovar" ou motif "de la tortue". La deuxième, plus académique (pour ce tapis), s'inspire de l'influence de la Perse centrale, autant dans la technique que dans la décoration. Le décor floral est très semblable à celui des "sarouk".

Bidjar  1,73 x 1,10 m
Bidjar 1,73 x 1,10 m

Bidjar : Dim. 1,73 x 1,10 m

 

Tapis iranien laine, récent.

 

Fondée durant la dynastie Séfévide par le Shah Ismail, la ville de Bidjar connue des représailles et des pillages pendant la Première Guerre Mondiale. En effet, les turcs accusaient les habitants de Bidjar d'avoir collaboré avec les russes.

 

Les tapis de bidjar et des villages des alentours sont réalisés avec le noeud turkbaff et sont réputés pour leur grande résistance à l'usure. Un bidjar traditionnel a de 3 à 5 rangées de fils de trame. De plus, la qualité de la laine et le tissage font que ces tapis sont pratiquement indestructibles. On les appelle "tapis de fer".

 

Les meilleures réalisations se situent à Halvaï (petit village proche de Bidjar) et à Gheerus (ou Guerrouz).

 

Autre bidjar, rubrique 'Tapis anciens persans ...'

Hériz  2,78 x 1,90 m
Hériz 2,78 x 1,90 m

Hériz : 2,78 x 1,90 m

 

Tapis iranien laine, vers 1980.

État excellent. Tapis solide.

 

Hériz réalisé dans un esprit 'déco' s'inspirant des réalisations anciennes.

 

Située dans l'Azerbaïdjan iranien, à l'est de Tabriz, Hériz est une ville regroupant la production des villages voisins comme Ahar, Goravan, Sérapi, Bakhshayesh ... Les hériz ont la réputation d'être des tapis solides et très résistants à l'usure en raison d'une laine d'excellente qualité (noués avec le nœud turkbaff).

Il existe une production d'hériz, comme ce tapis, à dessins géométriques avec le plus souvent un médaillon central s'inspirant d'une tradition familiale. A la fin du XIXème siècle, des commerçants de Tabriz firent tisser des tapis à Hériz en apportant un côté plus "raffiné". Malgré ce changement, beaucoup de tisserands d'Hériz ne voulaient pas utiliser de cartons et se référaient aux dessins traditionnels ou à des vaghirehs. A cette époque et jusqu'au début de la Première Guerre Mondiale, des tapis en soie ont aussi été réalisés. Ils sont maintenant très rares et très recherchés.

Bakthiar faradoumbé  2,10 x 1,47 m
Bakthiar faradoumbé 2,10 x 1,47 m

Bakthiar faradoumbé : 2,07 x 1,47 m

 

Tapis iranien laine, vers 1940. État excellent. Belle réalisation.

 

Le motif de ce faradoumbé se compose du göl farang (rose de France) rappelant les tapisseries d'Aubusson.

 

Situés à l’ouest de l’Iran dans la région du Chahar Mahal où vivent des populations d’origine « bakthiari » de souche lur, les bakthiars reprennent des motifs traditionnels « jardins » ou « 4 saisons » qui datent de l’époque séfévide, mais aussi des tapis à médaillon. Les réalisations majeures des bakhtiaris regroupent les villages de Shahre Kord, Shalamzar, Tchalechotor, Sarman, Armenibaft ainsi que Faradoumbé avec le motif göl farang.

 

Autres motifs de roses, rubrique : 'Kilims moldaves ...'

Tafresh  1,95 x 1,40 m
Tafresh 1,95 x 1,40 m

Tafresh : 1,95 x 1,40 m   Vendu

 

Tapis iranien laine, 1940-50. Bon état. Tapis solide.

 

Proche de Saveh, Tafresh se situe au nord-ouest de Farahan. Ce tafresh traditionnel de format dozar se compose d'un grand médaillon, mis en valeur par des écoinçons importants. La bordure principale se compose de fleurs. Tapis lumineux et élégant.